Reviews

Architectes des Royaumes de l’Ouest

Avis de Seb

Dans ce jeu que l’on ne présente plus vous incarnerez les plus grands architectes du Royaume. A l’aide de ressources collectées et d’apprentis recrutés vous allez devoir construire diverses bâtiments et participer à la construction d’une cathédrale qui vous permettra de scorer. Ces actions seront également plus ou moins vertueuses et vous donneront donc des points positifs ou négatifs en fonction de votre jauge de vertu.

Donné à partir de 12 ans pour une durée de 1 à 2 heures et pour 1 à 5 joueurs/joueuses.

Très très belles découverte pour moi. Joué en solo uniquement. Les actions sont vite assimilées, l’iconographie assez claire et l’on aperçoit vite toutes les possibilités que le jeu nous donne. Un jeu de pose d’ouvriers avec beaucoup d’interaction qui pourrait refroidir les allergiques à ce type de jeux où l’on peut venir embêter ses acolytes de jeu. Mais il est à noter que lorsqu’une action qui gêne un ou une adversaire est jouée, cela rapporte toujours quelque chose et n’est jamais fait “gratuitement”.

Un jeu qui n’est pas compliqué, d’une durée moyenne mais qui peu néanmoins être très stratégique et calculatoire. Très gros coup de cœur pour moi.

:heart: :heart: :heart: :heart:

Avis de Ladyhawke

  Architecte est le 1e  opus de la trilogie de l’Ouest. Son auteur, Shem philips avait déjà remporté un franc succès avec la trilogie du Nord dont le célèbre Pillard de la mer du Nord. Cette fois, le jeu nous transporte au Moyen-Âge à la fin de l’empire carolingien.

Les joueurs devront s’affronter en construisant des monuments variés et ainsi impressionner le roi. Pour se démarquer, ils devront collecter des matières premières, recruter des apprentis, participer à la construction de la Cathédrale.

Saurez-vous rester vertueux ou jouer de perfidie en prenant des raccourcis ?:prince:

Gameplay : Architectes est un jeu de pose d’ouvriers et gestion de ressources. Le principe est simple : 1 ouvrier = 1 action. Là où il se différencie, c’est qu’en posant un ouvrier dans un lieu déjà occupé par un membre de sa troupe, le joueur pourra faire l’action deux fois (exemple : je pose un 2e ouvrier dans la forêt, je collecte 2 bois). Mais attention de ne pas vous faire capturer par vos adversaires qui voudront ralentir votre ascension.

Une piste de vertu agrémente le jeu de façon ingénieuse. Certaines actions avantageuses mais quelque peu malhonnêtes feront descendre votre curseur sur la piste. Cela peut avoir des avantages comme payer moins d’impôts, mais être sans scrupule vous fera perdre des points en fin de partie et vous gêner en vous empêchant de pouvoir participer à la construction de la Cathédrale. A l’inverse, être bien placé sur la piste de vertu augmente nos points mais nous empêche d’accéder au marché noir. Il faudra donc trouver un équilibre et jongler avec cet élément. Allez-vous passer du côté obscur ?

Avis : la boîte de jeu est plutôt compacte pour un contenu assez conséquent. Elle intègre un grand plateau qui se déplie. Une petite boîte pour un grand jeu.

Mais qui a dit que les bons eurogames sont moches ? Enfin un qui allie les 2.

Personnellement, j’adore la pâte graphique de Mihajlo Dimitrievski, c’est tout simplement splendide.

Mention spéciale au livret de règles qui est très clair à l’iconographie qui améliore grandement la prise en main. Tout est très lisible et c’est vraiment agréable de jouer dans ces conditions.

Par ailleurs, le jeu est très accessible en offrant une grande profondeur. Les actions ne se limitent pas à une simple collecte de ressources, les ouvriers pourront construire différents bâtiments, recruter des apprentis, capturer les ouvriers adverses, délivrer les siens… Vous l’aurez compris l’interactivité, la rejouabilité sont bien présentes dans ce jeu. Un tour de jeu étant très simple, les parties sont rythmées même pour ceux atteint d’analysis  paralysis (il y en a toujours un …).

Pour conclure, ce jeu ne quittera pas ma ludothèque. Architectes est un excellent jeu, il tourne comme une horloge et offre un grand panel de stratégie (il est trop tôt pour le dire mais je me demande s’il ne va pas détrôner pour sa catégorie Lewis & Clark dans mon cœur). Le jeu est un bijou de par sa mécanique, ses graphismes, sa fluidité, son matériel.

Le mode solo est très bon même si on soupçonne que ce n’est pas sa meilleure configuration.

Cela donne très envie de découvrir les autres œuvres de son auteur qui ont-elles aussi de très bons échos.  Toutefois, dans cette trilogie, il semblerait que les petits frères soient bien un cran au-dessus en termes de difficultés (2.77 contre 3.67 pour Paladin sur BGG). 9/10

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *