Reviews

Le Bien et le Malt

Avis d'Ezekiel

Retour sur Le Bien et le Malt, jeu acheté en promo au Passe-Temps parce que la boîte était jolie et que le thème (de la bière) me parlait. Bon, et bien heureusement que c’était en promo. :laughing:

:gem: Matos et esthétique : Matériel correct. Des jetons en carton pas trop fin, des grands plateaux plutôt bien foutus mais un peu légers (syndrome Terraforming Mars :pinching_hand: ). Par contre, mention spéciale aux cartes “billets” les plus épaisses que j’ai jamais vu dans un jeu. :money_with_wings: Il se sont gourés dans les spécifications d’épaisseurs pour les différents éléments de jeu ? :laughing:

L’esthétique « à l’ancienne/vitrail » des plateaux est plutôt réussie, même si elle n’aide pas trop à la lisibilité sur son plateau joueur. En approchant de la fin de la partie, recompter ses tuiles fait mal aux yeux. Mais à part ça j’aime bien ! :slight_smile:Pour finir, le livret est plutôt synthétique et bien foutu, mais quelques points sont très flous, on a dû interpréter et imaginer si telle ou telle solution était plus cohérente dans le gameplay. Une faute de frappe est à relever (« acitver ») ainsi qu’un 4 qui aurait dû être un 5. (sûrement le copié collé de la ligne du dessus !). Bref, l’essentiel est bon, mais les finitions sont bofs.

Le plateau central. La photo n'est pas de moi.

:gear: Thème et mécanique : « Vous possédez une abbaye, vous allez devoir brasser de la bière, mais cela demande de la planification et du doigté dans le choix des ingrédients, pour réussir le brassin… etc etc ». Oui, oui, ok, super, allons-y ! :hugging:

LOL. :no_mouth: Le thème est com-plè-te-ment plaqué. :joy: On aurait pu mettre le thème de Calico ou de Azul, c’était pareil. Aucun intérêt. Il n’y a même pas de cohérence sur la justification de telle ou telle mécanique par rapport à la thématique. On a des champs, on va planter dedans du houblon, de l’orge… ok… mais, heu… de l’eau ? de la levure ? du bois… ? Et puis planter sur une parcelle ensoleillée va faire avancer un curseur, mais planter à l’ombre va rapporter des sous ? Wtf ? :laughing: Je pense qu’il aurait mieux valu assumer un thème faible (c’est pas un défaut), que vouloir à tout prix un thème accrocheur, mais qui colle pas vraiment. Là, c’est vraiment histoire d’attirer le chaland et de faire acheter sans réfléchir (ahem :no_mouth:). Pour la suite, je ne vous ferai pas l’affront d’utiliser les vrais noms des pièces ou des ressources.

Une fois qu’on a accepté ce thème superficiel, on s’intéresse à la mécanique, qui est somme toute sympathique. :grin: Pour faire simple, on a un jeu de placement d’hexagones sur notre plateau joueur, qui va nous permettre de scorer en faisant avancer 6 curseurs différents sur notre piste de points de victoire.

On achètera ces hexagones sur une piste centrale où se baladeront les pions de chaque joueur. On avance du nombre de case de notre choix, on pourra donc rusher pour avoir un vrai choix de tuiles, ou bien aller moins vite et s’arrêter plus souvent pour faire plus d’actions mais récupérer les restes (un peu comme Maracaïbo). La qualité ou la quantité, this is the question. :thinking: Les tuiles récupérées iront sur notre plateau, mais il faudra payer leur coût. Et l’argent part très TRES vite. :scream:

Les tuiles ainsi placées pourront ensuite être activées, en récupérant des jetons sur la piste centrale. Leur activation nous rapportera soit de l’argent, soit de l’avancement sur la piste de scoring, en fonction de la position de la tuile. Des PV ou bien de la thune, this is the question. :thinking: Les tuiles ne pouvant pas être bougées, il s’agira de s’organiser pour avoir assez de thunes pour se développer, mais aussi des PV pour essayer de gagner, quoi. C’est quand même le but. :sweat_smile: L’argent n’est pas une fin en soi.

Le petit twist que j’aime bien concernant ces jetons d’activations, c’est qu’ils ne pourront activer un type d’élément qu’une et une seule fois durant la partie. Si je choisis d’activer mes tuiles marrons maintenant, je ne pourrai plus jamais le faire ensuite. Plus tard, j’aurai donc bien moins d’intérêt à prendre les tuiles marrons, du coup. Activer beaucoup au début pour démarrer vite, ou attendre pour activer plus de choses ensuite, this is the question. :thinking: La gestion de ce timing d’activation est clairement le cœur du jeu, et c’est très intéressant. :thumbsup:

Je vous passe les autres subtilités. Ce ne sont que des combos de placement supplémentaires, à optimiser en calculant son coup en fonction de la couleur et de la valeur des tuiles.

Les points de victoire finaux sont gérés par un calcul indigeste et très déstabilisant, qui comprend un taux de change lié à la position d’un pion particulier sur notre plateau, ainsi qu’à un multiplicateur venant modifier le numéro de la position du curseur le plus bas, après l’avoir fait avancer en convertissant les positions des autres curseurs grâce au taux de change du premier pion. :thinking: Vous n’avez pas compris ? Moi non plus. Enfin si, ce n’est pas si compliqué en réalité, mais je n’ai pas compris l’intérêt d’une telle soupe étrange, avec autant de paramètres, pour au final donner un résultat assez quelconque. Beaucoup de nœuds au cerveau pour pas grand-chose. :confused:

:brain: Ressenti global et conclusion : Pour un jeu de placement et de combo, Le Bien et le Malt fait bien pâle figure devant d’autres du même genre. Il ne tient pas deux secondes la comparaison avec Les Châteaux de Bourgogne, qui est plus profond et plus complexe, tout en étant plus élégant, plus fluide et plus naturel.

Ici, on calcule tout un tas de trucs en vue de faire avancer tout un tas de pions, mais sans réel sentiment de maîtriser quelque chose. Beaucoup de complexité pour pas grand-chose.

Bon, ce n’est pas pour autant un mauvais jeu, et il ressortira avec plaisir. Je suis peut-être un peu sévère. :hugging: Il a quand même de gros points forts, notamment l’interaction entre les joueurs sur la piste principale, qui donnera lieu à de vrais choix cornéliens, à des coups de bluffs et de pression les uns sur les autres. Egalement, le timing à jauger pour utiliser les précieux jetons d’activation est vraiment très intéressant. Pour finir, le placement des tuiles demandera une vraie planification à l’avance, et une première partie ne sera pas de trop pour comprendre toutes les implications de nos choix.

Bref, Le Bien et le Malt est clairement un jeu en demi-teinte. Des bonnes idées le rendent très intéressant, mais l’exécution générale donne un ressenti mitigé, qui nous laisse sur notre faim au terme d’une partie.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *