Reviews

Oceans

Avis de Pragma

Bon, ça fait bien 6 mois qu’il est sur les étals de nos ludocaires préférés et je suppose que la plupart d’entre vous l’ont poncé et reponcé. Cependant, s’il y en a qui cherchent des idées pour Noël, voilà mon retour après quelques parties.

Et pour varier les retours d’appréciation de jeux, en hommage à toutes celles qui partagent la passion des choses ludiques, j’ai fait ce compte rendu au féminin.

Je vous le dis tout de suite : je trouve Océans bon, très bon même. Dès qu’une partie est terminée, on a hâte d’en faire une autre pour voir, dans cette nouvelle partie, quelles configurations, quelles astuces, quels biotopes on va rencontrer ou construire, et comment on va s’en sortir d’en tout ça. Aucune partie n’est semblable à une autre. J’adore les jeux à interactions fortes entre participants et c’est un jeu où il y en a énormément. Je vais détailler par la suite.

L’objectif est de survivre, voire de prospérer, dans un écosystème en perpétuel évolution.

Le matériel :
J’ai la version « limited edition » c’est-à-dire que j’ai choisi celle avec les petits poissons en carton avec des dessins de toutes les couleurs (y compris des poissons clown, je n’ai pas pu résister !).

Comme ils sont beaux tous ces petits poissons. Théoriquement, il y a des couleurs réservées en fonction du nombre de joueuses, moi je les ai tous mélangés, ça fait un grand chamarrage chatoyant dans le récif et les océans.

Et que dire des plateaux de jeu !!! En fait, en guise de plateaux, il y a des cases en 3 dimensions à assembler soi-même : cela constitue le récif qui brille de multiples teintes et les 3 océans dans lesquels, au départ, les poissons nagent tranquillement.

Les cartes « traits d’évolution » sont de bonne facture et sont magnifiquement illustrées. Que c’est beau ! Que c’est beau. Il y a 120 cartes avec les 12 évolutions de surfaces et environ 90 cartes évolutions des abysses qui sont toutes différentes et toutes avec des images différentes.

Chaque partie est en plus pimentée par le tirage au hasard de 2 scénarios qui vont transformer le contexte écologique en cours de partie, sans oublier l’explosion cambrienne qui vient tout bouleverser.

Je dirai : un sans faute côté matériel.

La mécanique et la jouabilité :
Manger et être mangé c’est la dure loi de cette nature océanique. Si à mon tour je mange dans le récif, dans l’océan ou les poissons d’une espèce d’une autre joueuse, il n’y a rien d’agressif, c’est pour survivre. Ensuite, si tu me manges c’est pour survivre. Il n’y a rien d’agressif dans ce jeu. Et j’ai été surpris. Très souvent, trop souvent, les jeux où l’on attaque une autre joueuse, ce sont des jeux de conflits où l’objectif est d’exterminer l’adversaire. Ce n’est pas le cas ici. On est dans un contexte pugnace, certes, mais pas guerrier. Et l’on recherche en permanence comment faire évoluer ses espèces pour qu’elles se protègent suffisamment pour ne pas s’éteindre et qu’elles soient suffisamment prédatrices pour pouvoir se nourrir. Il se crée un système d’action/réaction très dynamique autour de la table. Avec les 12 traits d’évolution de surface disponibles, il est possible de créer des milliers de combinaisons et de construire progressivement des écosystèmes d’espèces aptes à survivre dans toutes les situations … Les imbrications des effets des différents traits d’évolutions se gèrent aisément et n’apportent pas de notable complexité. Et après l’explosion cambrienne, quand on peut utiliser les évolutions abyssales (toutes différentes), l’océan prend une toute autre couleur …

Un tour de jeu est simple et rapide, le rythme est soutenu. Il se passe toujours quelque chose qui peut vous impacter. Pas de temps mort.

Mon ressenti :
Toutes les joueuses qui ont essayé une partie de Océans ont demandé à en faire une autre. Et encore une autre !!! Les parties de 1 heure, 1 heure 30 s’enchaînent volontiers.

Océans est un bon jeu, voire un excellent jeu. Il est non seulement très beau, il est aussi très bien animé par une mécanique qui est parfaitement adaptée au thème. Et les combinaisons de traits d’évolution permettent d’essayer de multiple expérimentation d’espèces, avec l’envie de refaire une nouvelle partie pour voir.

Merci au Passe Temps et à ce Discord qui m’ont fait découvrir ce jeu à l’instar de Barrage. Ici pas de nains, pas de chevaliers, pas de dragon, pas de médiéval qu’il soit fantastique ou non, pas de sciences fiction, de vaisseaux intersidéraux, … pas de thème inventés puis plaqués sur de la mécanique (j’en vois déjà qui vont bondir sur cette déclaration !!!!). Ces 2 jeux sont très immersifs car thème et mécanique s’imbriquent étroitement, de plus les interactions entre joueuses sont bien présentes. Ces interactions ne sont pas du registre belliqueux mais sont plutôt sur un registre concurrentiel, ce qui donne à l’expérience de jeu un aspect compétitif et que au final c’est la meilleure compétitrice qui emporte la victoire.

C’est un jeu que je recommande.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *